Dominique Ziegler

Auteur – metteur en scène
Né en 1970
Vit et travaille à Genève

Dominique Ziegler est auteur metteur en scène. Il revendique un théâtre ludique, politique, et populaire.
Parmi ses pièces, citons « Affaires privées », « N’Dongo revient », « Patria Grande » ou « Le Trip Rousseau ».

« N’Dongo Revient », la première pièce jouée de Dominique Ziegler, traite sur le mode satirique du post-colonialisme et plus spécifiquement du lien pervers entre les puissances occidentales et les dictatures africaines. Elle est produite par la compagnie » Les Associés de l’Ombre » créée par l’auteur-metteur en scène et par le comédien David Valère, qui interprète le rôle du dictateur N’Dongo. Créée en février 2002 dans une petite salle de Genève (Suisse), la pièce remporte un grand succès public et critique. Elle est reprise au Théâtre de la Main d’Or, à Paris, en mai 2002. Grâce à un bouche-à-oreilles favorable et à de bonnes critiques dans Libération, Le Canard enchaîné, Le Courrier International et d’autres médias français ( voir revue de presse ), la pièce reste neuf semaines à l’affiche. De retour en Suisse elle fait l’objet d’une tournée dans de nombreux cantons suisses et sur la Scène Nationale Bonlieu à Annecy. Elle est ensuite reprise l’an suivant au Théâtre La Grenade (Genève) puis les deux années suivantes au Théâtre de Carouge (Genève).

Sa deuxième pièce « Opération Métastases » est créée au Théâtre De Carouge, avec François Rochaix, directeur du lieu, et David Valère, dans les rôles principaux. La pièce est un huis-clos qui met aux prises deux espions de la CIA aux méthodes divergentes pendant que les USA perdent du terrain sur les fronts orientaux. Duel d’espions cruel, cynique et instructif, la pièce, lointainement inspirée du » Paria » de Strindberg, est créée en 2004 et est reprise la saison suivante. Elle tournera également en Italie, en Suisse et en Belgique.

Son troisième spectacle « René Stirlimann contre le Dr B. » est une pièce grinçante narrant les mésaventures d’un loser patenté qui décide de mettre fin à ses jours, après avoir vu la conférence d’un docteur charismatique qui n’exclut pas le suicide comme solution au mal-être existentiel. René, le héros malheureux, tombe dans les griffes du docteur qui lui fait miroiter une fin grandiose, inversement proportionnelle à la médiocrité de son existence. René suit aveuglément les conseils du Docteur. On le suit dans son quotidien d’occidental frustré jusqu’au jour fatidique qui ne se déroule pas du tout comme prévu! Librement inspirée par la tragédie de la secte du Temple Solaire, cette pièce traite du thème de la manipulation sous toutes ses formes. Le spectacle sera joué en 2007 au Théâtre le Caveau. Dans le rôle-titre le comique suisse Laurent Nicolet livre une performance remarquable.

En 2008, Dominique Ziegler crée sur la scène du T50 à Genève un western théâtral, «Building USA », qui revient sur l’anéantissement de la nation indienne à la fin du dix-neuvième siècle aux USA sur fonds de progression du chemin de fer. Tous les problèmes coloniaux et racistes sont traités de front, malgré la forme ludique du western. L’intrigue confronte aussi deux générations d’Américains Blancs, un père et un fils, le premier, entrepreneur sans scrupules et le second, jeune-homme influencé par l’esprit des Lumières, prônant le dialogue avec les Indiens. Épris d’une jeune femme sioux, le fils met en péril l’entreprise paternelle et les intérêts de gros bonnets de Washington, qui mettront tout en œuvre pour le faire revenir dans le droit chemin.

Un an plus tard au même endroit, c’est au tour des « Rois de la Com’ » d’être joué dans la même salle pendant un mois. La pièce, une comédie pure et dure, se moque des publicitaires, et de leur capacité à vendre au public des politiciens comme des assiettes. Le thème de la manipulation est encore une fois central. Ce spectacle vaut à l’auteur plusieurs invitations sur les plateaux de télévision, dont une émission spéciale sur la Télévision Suisse Romande au cours de laquelle il est pris à partie par trois (vrais) publicitaires mécontents.

En 2009 toujours, il présente une pièce coécrite avec l’auteur Nicolas Buri ( auteur de « Pierre de Scandale », une biographie de Jean Calvin ) intitulée « Le Maître des Minutes » sur l’action de Calvin et son impact sur Genève et le reste du monde.
Elle est créée à l’occasion des cinq-cents ans de la naissance du théologien.

Toujours en 2009, il présente un nouveau spectacle (le troisième de l’année!), «Affaires privées » au Théâtre de Poche de Genève. Il s’agit cette fois d’un thriller psychologique et économique narrant le parcours autodestructeur d’un banquier privé, adepte du sadomasochisme. La pièce est jouée cinq semaines, puis est encore reprise au Théâtre du Passage (Neuchâtel), L’Arsenic (Lausanne) et Château-Rouge (Annemasse). À cette occasion un recueil de toutes ses pièces, « N’Dongo revient et autres pièces 2001-2008 » est publié chez Bernard Campiche Éditeur.

En 2010, une nouvelle pièce « Virtual 21 » est jouée à Genève. Elle traite d’Internet et de son influence majeure sur les nouveaux types de comportement humain, politique, sexuel, économique etc… Dominique Ziegler bénéficie pour la relecture de cette pièce de l’aide de nombreux informaticiens dont Richard Stallman, grand gourou du logiciel libre, rencontré lors d’une conférence à Genève. Le spectacle a droit à nouveau à une grande couverture médiatique en Suisse (Téléjournal télévisé, émission culturelle consacrée à la pièce etc…) Dominique Ziegler écrit à cette époque ses pièces au Théâtre Saint-Gervais où il est résident.

En 2011 il gagne le concours Textes En Scènes organisé par la Société Suisse des Auteurs et d’autres organismes culturels, qui octroient une bourse aux projets théâtraux les plus prometteurs et organisent également des séances de travail communes avec des dramaturges de renom. Dominique Ziegler travaille à cette occasion avec la réalisatrice et auteur Coline Serreau pour l’élaboration de sa nouvelle pièce « Patria grande ». Le spectacle issu de ces séances est présenté au Théâtre Saint-Gervais en 2011 et remporte encore une fois un grand succès. Il traite de la guerre civile colombienne de manière à la fois satirique et documentée. Il prend comme prétexte la figure médiatique d’Ingrid Betancourt pour traiter le véritable sujet d’importance, à savoir la violence de la classe dominante colombienne et, plus loin, de toutes les oligarchies latino-américaines. La pièce bénéficie de la relecture attentive de plusieurs Colombiens exilés, parmi lesquels le grand spécialiste de la situation politique colombienne Hernando Calvo Ospina, auteur de l’ouvrage de référence « Colombie, derrière le rideau de fumée ».

En 2012, le Théâtre Saint-Gervais lui passe une nouvelle commande à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. Ce sera l’occasion pour l’auteur-metteur en scène de créer « Le trip Rousseau » synthèse très rythmée de la vie et de l’œuvre de Rousseau. La Ville de Genève décide d’octroyer une subvention exceptionnelle pour reprendre ce spectacle deux mois plus tard. De nombreuses classes viennent voir la pièce à cette occasion, permettant à de nombreux jeunes spectateurs d’avoir une vision rafraîchie et moderne de Rousseau. Le spectacle est repris lors de la saison 2013-2014 au Théâtre Saint-Gervais de Genève.

En 2012 aussi, le Théâtre de Poche de Genève lui commande une pièce sur Jean Jaurès : « Pourquoi ont-ils tué Jaurès? ». Le parcours idéologique et personnel de Jean Jaurès est évoqué dans une grande fresque qui revient aussi sur l’affaire Dreyfus et les prémices de la première guerre mondiale. La pièce est jouée en janvier 2013 au Théâtre de Poche, à Genève, et est reprise au Festival d’Avignon pendant un mois, en juillet 2014, au Théâtre du Chêne Noir.

Plusieurs pièces de Dominique Ziegler font actuellement l’objet de mise en lectures itinérantes, à travers différentes villes de France et de Belgique, par Jean-Claude Idée dans le cadre des Universités Populaires du Théâtre créés par Michel Onfray et Jean-Claude Idée. La pièce sur Jaurès fait l’objet d’une édition dans le cahier n°2 des Universités Populaires du Théâtre (édition SAMSA)*.

Dominique Ziegler a aussi collaboré avec d’autres artistes, notamment des musiciens (voir rubrique collaborations).

En 2015, le spectacle « Ombres sur Molière », une fiction historique en alexandrins classiques sur Molière et l’affaire Tartuffe, cas emblématique de censure politico religieuse face à la liberté d’expression artistique, est programmé au Théâtre Alchimic, à Genève. Il remporte un grand succès et sera repris lors de la saison 2016-2017 puis en tournée.

En janvier 2016 suit « La route du Levant », huis-clos entre un policier et un aspirant jihadiste, joué au Théâtre du Grütli, avec 100% de fréquentation durant ses trois semaines d’exploitation. Ce spectacle sera aussi repris lors de la saison 2016-2017.

Des mises en lecture de « Ombres sur Molière » par les Universités Populaires du Théâtre ont été présentées à Versailles, Bruxelles et Avignon.

Un recueil de pièces de Dominique Ziegler a été édité aux éditions Bernard Campiche: « N’Dongo revient et autres pièces- Théâtre 2001-2008 ».

www.campiche.ch

Edition SAMSA le cahier n°2 des Universités Populaires du Théâtre sur Jaurès

 

fc379140143b93ab48cf0bfe2f077f8aI